IHS Holding Limited publie ses résultats financiers pour le 4e trimestre et l’ensemble de l’exercice 2021

LONDRES–()–IHS Holding Limited (NYSE: IHS) («IHS Towers» ou la «Société»), l’un des plus grands propriétaires, exploitants et promoteurs indépendants d’infrastructures de télécommunications partagées au monde en nombre de tours, a publié aujourd’hui ses résultats financiers pour le 4e trimestre et l’ensemble de l’exercice clos le 31 décembre 2021.

Sam Darwish, PDG d’IHS Towers, a déclaré: «J’ai le plaisir de présenter aujourd’hui nos résultats pour le 4e trimestre et l’ensemble de l’exercice 2021, une période marquée par des performances financières et opérationnelles solides et soutenues et pendant laquelle notre Société a réalisé de nombreuses opérations qui renforcent encore notre position.

Outre son introduction en Bourse de New York en octobre, IHS a procédé à deux émissions obligataires générales et de refinancement pour un total d’un milliard USD. La Société est entrée sur le marché égyptien via un partenariat sous licence. Elle a finalisé la transaction avec TIM Fiber pour créer I-Systems, une société de fibre optique leader au Brésil. Enfin, IHS a annoncé la conclusion d’accords visant à acquérir le portefeuille de 5 709 tours de MTN en Afrique du Sud; une fois finalisée cette acquisition fera d’IHS le principal exploitant indépendant de tours en Afrique du Sud.

Fin 2021, avec plus de 31 000 tours en exploitation dans neuf pays sur trois continents, IHS était la quatrième plus grande société multinationale indépendante de tours. En janvier 2022, nous avons annoncé l’acquisition du portefeuille GTS SP5 riche de 2 115 tours au Brésil, ce qui fera de notre Société la troisième plus grande towerco du Brésil. Je suis fier de pouvoir dire qu’après la finalisation des acquisitions sud-africaines et de GTS, IHS deviendra la troisième plus grande multinationale indépendante de towerco au monde en nombre de tours, avec plus de 38 000 tours.

Comme indiqué, nous avons renforcé notre engagement en Afrique tout en poursuivant notre stratégie de diversification, en nous appuyant sur notre entrée en Amérique latine et au Moyen-Orient et en continuant à investir fortement dans la croissance organique, y compris dans les technologies auxiliaires telles que les petites cellules, la technologie DAS et la fibre. Nous sommes toujours aussi enthousiasmés par les opportunités d’infrastructure numérique qui s’offrent à nous sur les marchés émergents, où notre infrastructure critique et notre approche de la durabilité contribuent à connecter les communautés mal desservies afin de combler la fracture numérique. Plusieurs de nos marchés clés, tels que le Brésil et le Nigéria, commencent à déployer la technologie 5G, et nous nous attendons donc à davantage d’opportunités en 2022.»

RÉSULTATS DU 4e TRIMESTRE ET DE L’ENSEMBLE DE L’EXERCICE 2021

Le tableau ci-dessous présente certains résultats financiers pour les trimestres clos les 31 décembre 2021 et 31 décembre 2020 et les résultats financiers pour l’ensemble des exercices clos les 31 décembre 2021 et 31 décembre 2020:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Trimestre clos le

 

 

Exercice clos le

 

 

31 déc.

 

 

31 déc.

 

%

 

 

31 déc.

 

 

31 déc.

 

 

%

 

 

2021

 

 

2020

 

croissance

 

 

2021

 

 

2020

 

 

croissance

 

 

milliers $

 

 

milliers $

 

en glissement annuel

 

 

milliers $

 

 

milliers $

 

 

en glissement annuel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Revenus

 

415.614

 

 

370.727

 

12,1

 

 

1.579.730

 

 

1.403.149

 

 

12,6

 

(Perte)/bénéfice pour la période

 

(72.280

)

 

50.230

 

(243,9

)

 

(26.121

)

 

(322.682

)

 

(91,9

)

BAIIA ajusté (1)

 

216.649

 

 

214.674

 

0,9

 

 

926.396

 

 

819.014

 

 

13,1

 

Trésorerie d’exploitation

 

190.184

 

 

139.613

 

36,2

 

 

788.073

 

 

656.699

 

 

20,0

 

RLFCF(1)

 

87.902

 

 

147.723

 

(40,5

)

 

406.160

 

 

374.842

 

 

8,4

 

(1) Le BAIIA ajusté et le RLFCF sont des mesures financières non conformes aux normes IFRS. Cf. «Utilisation de grandeurs financières non conformes aux IFRS» pour de plus amples renseignements et un rapprochement avec les mesures conformes aux normes IFRS les plus comparables.

Les résultats financiers pour les trimestres clos le 31 décembre 2021 et le 31 décembre 2020 et les résultats financiers pour l’ensemble de l’exercice clos le 31 décembre 2021 ne sont pas audités. Les résultats financiers pour l’exercice clos le 31 décembre 2020 sont extraits des états financiers audités de l’exercice clos à cette date.

Synthèse des acquisitions

En janvier 2021, mars 2021 et avril 2021, nous avons finalisé et intégré, respectivement, les acquisitions de Skysites, de Centennial Colombia et de Centennial Brazil. En avril 2021 et en octobre 2021, nous avons finalisé, respectivement, les troisième et quatrième phases de l’acquisition au Koweït. En octobre 2021, IHS a été introduite au NYSE et nous sommes entrés sur le marché égyptien grâce à un partenariat sous licence. En novembre 2021, la Société a finalisé sa transaction précédemment annoncée avec TIM S.A. («TIM») visant à acquérir une participation majoritaire dans FiberCo Soluções de Infraestrutura S.A. («I-Systems») et nous avons conclu des accords portant sur l’achat de 5 709 tours à MTN en Afrique du Sud.

En 2020, nous avons finalisé l’acquisition de CSS. L’acquisition au Koweït, dont la première phase a été achevée en février 2020, a été suivie de la deuxième phase en octobre 2020. Les deux acquisitions ont été entièrement intégrées. En 2020, nous avons également modifié les contrats avec deux de nos principaux clients en ce qui concerne les dispositions relatives à la conversion des devises.

Résultats/comparaison du trimestre clos le 31 décembre 2021 par rapport à la même période de 2020

Au cours du 4e trimestre 2021, les revenus se sont élevés à 415,6 millions USD, contre 370,7 millions USD au 4e trimestre 2020, soit une augmentation de 44,9 millions USD (+12,1%). La croissance organique a été de 53,6 millions USD (+14,5%). La croissance organique a été générée principalement par les indexations, les modifications de baux et les réinitialisations monétaires, ainsi que par les nouveaux sites et les nouvelles colocations. Le chiffre d’affaires non organique total s’est élevé à 11,9 millions USD pour le trimestre clos le 31 décembre 2021. L’augmentation du chiffre d’affaires organique au cours de la période a été partiellement contrebalancée par une variation négative de 5,6% des taux de change (20,6 millions USD).

La perte pour la période s’est élevée à 72,3 millions USD pour le 4e trimestre 2021, contre un bénéfice de 50,2 millions USD au 4e trimestre 2020. La perte pour la période reflète l’impact global de l’augmentation des revenus mentionnée ci-dessus, contrebalancée par une augmentation du coût des ventes et des frais administratifs causée par les frais supplémentaires liés à notre transition vers le statut de société cotée en Bourse, ainsi que par des coûts de production d’électricité plus élevés. Elle a en outre été impactée par une augmentation des charges financières nettes de 176,4 millions USD, compensée par une diminution de la charge fiscale totale.

Le BAIIA ajusté a été de 216,6 millions USD pour le 4e trimestre 2021, contre 214,7 millions USD pour le 4e trimestre 2020. La marge du BAIIA ajustée pour le 4e trimestre 2021 a été de 52,1%. L’augmentation du BAIIA ajusté reflète principalement l’impact global de l’augmentation des revenus mentionnée ci-dessus, partiellement contrebalancée par l’augmentation du coût des ventes et des dépenses administratives résultant des frais supplémentaires associés à notre transition vers le statut de société cotée en Bourse ainsi que des coûts de production d’électricité plus élevés.

La trésorerie générée par les activités d’exploitation et le RLFCF pour le 4e trimestre 2021 se sont élevés respectivement à 190,2 millions USD et 87,9 millions USD, contre 139,6 millions USD et 147,7 millions USD, respectivement, pour le 4e trimestre 2020. L’augmentation de la trésorerie d’exploitation reflète principalement l’impact global de l’augmentation des revenus mentionnée ci-dessus, partiellement contrebalancée par l’augmentation du coût des ventes et des frais administratifs. La diminution du RLFCF est due à l’augmentation de la trésorerie d’exploitation, contrebalancée par une augmentation des retenues à la source du fait de la croissance des revenus au Nigeria, à des paiements de location plus élevés pour soutenir la croissance, aux impôts plus élevés en raison de l’expiration des crédits d’impôt et à une augmentation des charges d’intérêts.

Résultats par segments

Revenus:

Revenus de chacun de nos segments à présenter:

 

 

Trimestre clos le

 

 

 

 

 

 

 

31 déc.

 

31 déc.

 

 

 

 

 

 

 

2021

 

2020

 

Variation

 

Variation

 

 

 

milliers $

 

milliers $

 

milliers $

 

%

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nigeria

 

299.792

 

273.069

 

26.723

 

9,8

%

Afrique subsaharienne

 

87.563

 

82.127

 

5.436

 

6,6

%

MENA

 

8.196

 

6.663

 

1.533

 

23,0

%

Amérique latine

 

20.063

 

8.868

 

11.195

 

126,2

%

Total revenus

 

415.614

 

370.727

 

44.887

 

12,1

%

Nigeria

Les revenus de notre segment Nigeria ont augmenté de 26,7 millions USD (+9,8%) pour atteindre 299,8 millions USD pour le trimestre clos le 31 décembre 2021, contre 273,1 millions USD pour le trimestre clos le 31 décembre 2020. En glissement annuel, les revenus pour le trimestre clos le 31 décembre 2021 ont augmenté, en croissance organique, de 46,6 millions USD (+17,1%) grâce à l’augmentation du nombre de locataires (+787), qui comprend les locataires d’un nombre net de 317 nouveaux sites, 8 986 avenants supplémentaires aux baux et les augmentations résultant des indexations CPI contractuelles et des mécanismes de réinitialisation des taux de change.

Les augmentations globales de 46,6 millions USD des revenus organiques ont été partiellement contrebalancées par l’impact (-19,9 millions USD) des fluctuations négatives du taux de change du naira par rapport au dollar américain.

Afrique subsaharienne

Les revenus de notre segment Afrique subsaharienne ont augmenté de 5,4 millions USD (+6,6%), pour atteindre 87,6 millions USD pour le trimestre clos le 31 décembre 2021, contre 82,1 millions USD pour le trimestre clos le 31 décembre 2020. Les revenus ont connu une croissance organique de 4,5 millions USD (+5,5%) grâce aux augmentations résultant des indexations CPI contractuelles et des mécanismes de réinitialisation des taux de change, et de l’ajout de 155 avenants de bail, augmentations partiellement contrebalancées par une diminution nette du nombre de locataires (-207), ce qui inclut l’impact du taux net de désabonnement de 832 locataires non liés aux clients clés, et l’impact d’une augmentation nette du nombre de nouveaux sites (+251). Les revenus de notre segment Afrique subsaharienne ont également connu une croissance non organique au cours du trimestre (+1,4 million USD) grâce à l’acquisition d’un portefeuille de tours au Rwanda en avril 2021 qui nous a apporté 162 tours et 283 locataires supplémentaires. Les revenus du trimestre ont été partiellement contrebalancés par l’impact négatif, en glissement annuel, des fluctuations des taux de change (0,5 million USD, soit 0,5%).

MENA

Les revenus de notre segment MENA ont augmenté de 1,5 million USD, (+23,0%) pour atteindre 8,2 millions USD pour le trimestre clos le 31 décembre 2021, contre 6,7 millions USD pour le trimestre clos le 31 décembre 2020. Le nombre de tours dans notre segment MENA a augmenté de 240, dont 193 sont liées aux troisième et quatrième phases de l’acquisition au Koweït finalisées respectivement en avril et octobre 2021, les 47 restantes étant de nouveaux sites. Les revenus de notre segment MENA pour le trimestre clos le 31 décembre 2021 ne reflètent aucune croissance organique significative; au cours de la période, ils ont connu une croissance non organique de 1,2 million USD (+17,4%). En glissement annuel, les revenus de la période ont également augmenté de 0,1 million USD (+1,1%) grâce à l’impact positif, d’une année sur l’autre, des fluctuations des taux de change.

Amérique latine

Les revenus de notre segment Amérique latine ont augmenté de 11,2 millions USD (+126,2%) pour atteindre 20,1 millions USD pour le trimestre clos le 31 décembre 2021, contre 8,9 millions USD pour le trimestre clos le 31 décembre 2020. Ils ont connu une croissance organique de 2,2 millions USD (+24,8%), grâce à une augmentation nette du nombre de locataires (+710). Ce chiffre inclut l’impact de l’augmentation nette du nombre de nouveaux sites (+604) et des augmentations résultant des mécanismes contractuels de réinitialisation du CPI. Les revenus de notre segment Amérique latine ont connu au cours du trimestre une croissance non organique de 9,4 millions USD (+105,4%) qui comprend principalement l’impact de l’ajout de 1 824 tours et de 2 006 locataires grâce à l’acquisition de Skysites et des acquisitions de Centennial en Colombie et au Brésil, respectivement, et les revenus de notre activité fibre nouvellement acquise, I-Systems. La croissance a été partiellement contrebalancée par l’impact négatif, en glissement annuel, des fluctuations des taux de change (0,4 million USD, soit -4%).

BAIIA ajusté par segment:

Pour chacun de nos segments à présenter, notre principale mesure de rentabilité utilisée pour évaluer leur performance, le BAIIA ajusté par segment, se présente comme suit:

 

 

Trimestre clos le

 

 

 

 

 

 

 

 

 

31 déc.

 

 

31 déc.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2021

 

 

2020

 

 

Variation

 

 

Variation

 

 

 

milliers $

 

 

milliers $

 

 

milliers $

 

 

%

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nigeria

 

183.862

 

 

177.876

 

 

5.986

 

 

3,4

 

%

Afrique subsaharienne

 

46.154

 

 

46.692

 

 

(538

)

 

(1,2

)

%

MENA

 

3.684

 

 

3.260

 

 

424

 

 

13,0

 

%

Amérique latine

 

13.546

 

 

6.702

 

 

6.844

 

 

102,1

 

%

Autres

 

(30.597

)

 

(19.856

)

 

(10.741

)

 

54,1

 

%

Total BAIIA ajusté par segment

 

216.649

 

 

214.674

 

 

1.975

 

 

0,9

 

%

Nigeria

Le BAIIA ajusté par segment de notre segment Nigeria s’est élevé à 183,9 millions USD pour le trimestre clos le 31 décembre 2021, contre 177,9 millions USD pour le trimestre clos le 31 décembre 2020, soit une augmentation de 6,0 millions USD (+3,4%). Cette hausse d’une année sur l’autre résulte principalement d’une augmentation de 26,7 millions USD du chiffre d’affaires global et d’une diminution de 4,6 millions USD des dépenses administratives incluses dans le BAIIA ajusté par segment pour le trimestre clos le 31 décembre 2021. Cette hausse a été contrebalancée par une augmentation de 19,4 millions USD du coût des ventes de production d’électricité et une augmentation de 5,9 millions USD des autres coûts de ventes.

Afrique subsaharienne

Le BAIIA ajusté par segment de notre segment Afrique subsaharienne s’est élevé à 46,2 millions USD pour le trimestre clos le 31 décembre 2021, contre 46,7 millions USD pour le trimestre clos le 31 décembre 2020, soit une légère baisse de 0,5 million USD. La diminution s’explique principalement par une augmentation des revenus de 5,4 millions USD, contrebalancée par une augmentation des permis réglementaires et des coûts d’électricité (3,2 millions USD et 1,1 million USD, respectivement), et des autres coûts des ventes (1,6 million USD).

MENA

Le BAIIA ajusté par segment de notre segment MENA s’est établi à 3,7 millions USD pour le trimestre clos le 31 décembre 2021, contre 3,3 millions USD pour le trimestre clos le 31 décembre 2020, soit une augmentation de 0,4 million USD (+13,0%). L’augmentation résulte principalement d’une augmentation des revenus, partiellement contrebalancée par une augmentation (+0,9 million USD) du coût des ventes incluse dans le BAIIA ajusté par segment, et d’une augmentation (+0,2 million USD) des frais administratifs inclus dans le BAIIA ajusté par segment.

Amérique latine

Le BAIIA ajusté par segment de notre segment Amérique latine s’est élevé à 13,5 millions USD pour le trimestre clos le 31 décembre 2021, contre 6,7 millions USD pour le trimestre clos le 31 décembre 2020, soit une augmentation de 6,8 millions USD (+102,1%). L’augmentation résulte principalement d’une augmentation des revenus, partiellement contrebalancée par une augmentation de 1,2 million USD du coût des ventes et d’une augmentation de 3,2 millions USD des dépenses administratives, incluses dans le BAIIA ajusté par segment, ces dernières étant dues principalement à une augmentation des frais de personnel et des honoraires professionnels.

Résultats/comparaison des 12 mois se terminant le 31 décembre 2021 par rapport à 2020

Au cours des 12 mois se terminant le 31 décembre 2021, les revenus se sont élevés à 1 579,7 millions USD, contre 1 403,1 millions USD pour les 12 mois se terminant le 31 décembre 2020, soit une hausse de 176,6 millions USD (+12,6%). La croissance organique s’est élevée à 226,6 millions USD (+16,1%). La croissance organique a été soutenue principalement par les indexations, les modifications de baux et les réinitialisations monétaires, ainsi que par les nouveaux sites et les nouvelles colocations. Le revenu non organique total s’est élevé à 34,0 millions USD pour la période de 12 mois se terminant le 31 décembre 2021. Les augmentations des revenus organiques au cours de la période ont été partiellement contrebalancés par une variation négative de 84,0 millions USD (-6,0%) des taux de change.

La perte s’est élevée à 26,1 millions USD pour les 12 mois se terminant le 31 décembre 2021, contre 322,7 millions USD pour les 12 mois se terminant le 31 décembre 2020, ce qui représente une diminution de la perte de 296,6 millions USD pour la période, dont 176,6 millions USD s’expliquent par l’augmentation des revenus d’une année sur l’autre, contrebalancée par une augmentation du coût des ventes et des frais administratifs résultant des frais supplémentaires liés à notre passage au statut de société cotée en Bourse, ainsi que par des coûts de production d’électricité plus élevés. La diminution de la perte résulte d’une reprise de la provision pour créances commerciales, d’une diminution globale des charges financières nettes et à d’une diminution de la charge fiscale totale.

Le BAIIA ajusté s’est élevé à 926,4 millions USD pour les 12 mois se terminant le 31 décembre 2021, contre 819,0 millions USD pour les 12 mois se terminant le 31 décembre 2020. La marge du BAIIA ajustée pour les 12 mois se terminant le 31 décembre 2021 était de 58,6%, contre 58,4% pour les 12 mois se terminant le 31 décembre 2020. L’augmentation du BAIIA ajusté reflète principalement l’augmentation du chiffre d’affaires, contrebalancée par l’augmentation du coût des ventes d’une année sur l’autre, principalement en raison de la hausse des coûts de production d’électricité. Cette augmentation est également attribuable à une diminution des frais administratifs résultant principalement d’une reprise de la provision pour créances commerciales.

La trésorerie générée par les activités d’exploitation et le RLFCF pour les 12 mois se terminant le 31 décembre 2021 s’élèvent à 788,1 millions USD et 406,2 millions USD, respectivement, contre 656,7 millions USD et 374,8 millions USD, respectivement, pour les 12 mois se terminant le 31 décembre 2020. L’augmentation de la trésorerie d’exploitation reflète principalement l’impact global de l’augmentation des revenus évoquée ci-dessus et des augmentations du coût des ventes et des frais administratifs. L’augmentation du RLFCF est due à l’augmentation de la trésorerie d’exploitation contrebalancée par une retenue à la source plus élevée en raison de la croissance des revenus au Nigeria, à des paiements de location plus élevés pour soutenir la croissance, à des impôts plus élevés en raison de l’expiration des crédits d’impôt et à une augmentation des charges d’intérêts.

ACTIVITÉS D’INVESTISSEMENT

Au cours du 4e trimestre 2021, les dépenses en capital se sont élevées à 150,6 millions USD, contre 65,3 millions USD au 4e trimestre 2020. Cette augmentation est due principalement au segment du Nigéria, qui a affiché une hausse de 14,5 millions USD des dépenses en capital de l’activité fibre, une hausse des dépenses en capital de maintenance de 23,9 millions USD, et une augmentation des autres dépenses de 22,7 millions USD, compensées par une diminution de 15,3 millions USD d’une année sur l’autre des dépenses en capital d’augmentation pour le trimestre clos le 31 décembre 2021. L’augmentation est également due au segment Amérique latine, avec une hausse de 23,3 millions USD principalement liée aux activités de fibre nouvellement acquises.

Le 4 octobre 2021, la Société a signé un accord de partenariat avec Egypt Digital Company for Investment SAE, un véhicule d’investissement du ministère égyptien des Communications, portant sur la création d’une co-entreprise, IHS Telecom Towers Egypt SAE, ou IHS Egypt, afin d’obtenir une licence de la National Telecom Regulatory Authority («NTRA») pour construire, exploiter et louer des tours de télécommunication en Égypte. Aux termes de la licence et sous réserve de la réalisation de certaines conditions, IHS Egypt s’engagera à déployer un plan de couverture de 5 800 sites sur une période de trois ans. IHS Towers détiendra 80% d’IHS Egypt et Egypt Digital Company for Investment détiendra les 20% restants.

Le 16 novembre 2021, la Société a finalisé son accord annoncé antérieurement avec TIM S.A. visant à acquérir une participation majoritaire dans I-Systems. L’acquisition comprend le réseau et les actifs de fibre secondaire de TIM ainsi que la fourniture de services d’infrastructure de fibre optique en tant que fournisseur de services de réseau à fibre ouverte. Aux termes de l’accord, IHS Towers détient, par l’intermédiaire de l’une de ses filiales brésiliennes, une participation de 51% et TIM détient les 49% restants.

Le 17 novembre 2021, la Société a signé un accord avec Mobile Telephone Networks Proprietary Limited («MTN Afrique du Sud») portant sur l’acquisition de son portefeuille de tours comprenant 5 709 tours et la fourniture à MTN Afrique du Sud de services d’alimentation sur environ 13 000 sites (y compris les sites acquis). Le taux de colocation du portefeuille de 5 709 sites est actuellement de 1,2x. Aux termes de l’accord, MTN Afrique du Sud garantit également un engagement pluriannuel pour une partie de ses nouvelles tours qui seront construites par la Société. La contrepartie s’élève à 6,4 milliards ZAR (rands) sur une base sans trésorerie ni dette, sous réserve des ajustements de prix habituels après la clôture de l’opération. La transaction sera financée par une combinaison d’espèces et/ou de prélèvement sur les avoirs disponibles. La transaction devrait être finalisée au 1er ou au 2e trimestre 2022 sous réserve des approbations réglementaires et des conditions de clôture habituelles. Le Groupe prévoit de comptabiliser son acquisition en tant que regroupement d’entreprises selon les normes IFRS 3.

Le 21 janvier 2022, la Société (via sa filiale IHS Brasil – Cessão de Infraestruturas SA) a signé un accord portant sur l’acquisition de 100% de São Paulo Cinco Locação de Torres Ltda. («SP5»), une société du portefeuille de Grupo Torresur («GTS»). Le portefeuille SP5 comprend 2 115 tours à travers le Brésil. Le prix d’achat de SP5, sur une base sans trésorerie ni dette, a été fixé à 315 millions USD. Le Groupe prévoit de comptabiliser cette acquisition en tant que regroupement d’entreprises selon les normes IFRS 3. La transaction devrait être finalisée prochainement.

ACTIVITÉS DE FINANCEMENT ET TRÉSORERIE

La conversion en une valeur équivalente approximative en USD des mécanismes de crédit non libellés en USD indiqués ci-dessous est faite à partir de la devise de la dette, aux taux de change applicables au 31 décembre 2021.

Le Groupe a terminé le 4e trimestre et l’ensemble de l’exercice 2021 avec un endettement total de 2 985,2 millions USD et 916,5 millions USD de trésorerie et équivalents de trésorerie.

Introduction en Bourse: Le 14 octobre 2021, nous avons introduit notre Société en Bourse en émettant 18 000 000 actions ordinaires proposées au public au prix de 21 USD par action, ce qui nous a rapporté un produit brut de 378 millions USD.

Obligations de premier rang en deux tranches d’IHS Holding:IHS Towers a émis des obligations de premier rang en deux tranches: 500 millions USD à 5,625%, à échéance 2026 (les «Obligations 2026»), 500 millions USD à 6,250%, à échéance 2028 (les «Obligations 2028» et conjointement aux Obligations 2026, «les Obligations»), dans les deux cas à un prix d’émission de 100,000% plus les intérêts courus, le cas échéant, à compter de la date d’émission du 29 novembre 2021. La Société a utilisé ou utilisera le produit brut de l’introduction en Bourse pour rembourser l’intégralité de ses obligations 2025, les frais et dépenses liés l’introduction en Bourse et aux opérations connexes, et pour les besoins généraux de l’entreprise. Les obligations 2027 émises en septembre 2019 sont toujours en circulation. Ces obligations peuvent toutefois être remboursées à une date antérieure conformément à leurs conditions, à la discrétion de la Société.

Facilité de crédit renouvelable d’IHS Holding: comme indiqué précédemment, les engagements au titre de la facilité de crédit renouvelable d’IHS Holding ont été augmentés de 25 millions à 270 millions USD en octobre 2021. La facilité de crédit renouvelable d’IHS Holding expirera en mars 2023, sauf prolongation conformément à ses conditions pour des périodes successives de 12 mois jusqu’en mars 2025 inclus. Au 31 décembre 2021, la facilité de crédit renouvelable mise à jour d’IHS Holding n’était pas utilisée et représentait une capacité d’emprunt disponible de 270 millions USD, pouvant être portée à 300 millions USD.

Perspectives pour l’ensemble de l’exercice 2022

Les prévisions suivantes pour l’ensemble de l’exercice 2022 sont basées sur un certain nombre d’hypothèses jugées raisonnables par la direction et qui reflètent les attentes de la Société au 15 mars 2022. Les résultats réels peuvent différer considérablement de ces estimations en raison de divers facteurs. À cet égard, la Société invite le lecteur à prendre connaissance de la mise en garde concernant les «énoncés prospectifs» incluse dans le présent communiqué de presse lorsqu’il examinera ces informations. Les perspectives de la Société incluent l’impact de l’acquisition de GTS à partir du 2e trimestre, mais n’incluent aucun impact lié à l’acquisition de MTN en Afrique du Sud ou aux opérations nouvellement établies en Égypte.

Les perspectives de la Société reposent sur les hypothèses suivantes:

  • Taux de change moyens des principales devises étrangères contre 1,00 USD du 1er janvier 2022 au 31 décembre 2022: (a) 439 nairas nigérians; (b) 5,70 reals brésiliens; (c) 0,87 euro
  • Pétrole évalué à 99 USD/baril au T1 2022 et à 120 USD/baril du T2 au T4 2022
  • Installations en fonction des besoins d’environ 2 350 sites dont +/- 1 250 sites au Nigeria et +/- 700 sites au Brésil

 

 

 

Valeur mesurée

 

Fourchette

Revenus

 

$1.795M – $1.815M

BAIIA ajusté (1)

 

$960M – $980M

RLFCF (1)

 

$310M – $330M

Total investissements

 

$500M – $540M

(1) Le BAIIA ajusté et le RLFCF sont des mesures financières non conformes aux normes IFRS. Cf. «Utilisation de grandeurs financières non conformes aux IFRS» pour de plus amples renseignements et un rapprochement avec les mesures conformes aux normes IFRS les plus comparables. Nous ne sommes pas en mesure de fournir un rapprochement du BAIIA ajusté et du RLFCF avec (la perte)/le bénéfice et la trésorerie générés par les activités d’exploitation, respectivement, pour les périodes présentées ci-dessus. Un tel rapprochement exigerait un effort déraisonnable en raison de l’incertitude liée à ces coûts et de la variabilité potentielle des dépenses qui pourraient être encourues à l’avenir, y compris, dans le cas du BAIIA ajusté, les charges liées aux rémunérations en actions, les charges financières et les règlements de sinistres, et, pour le RLFCF, la variation nette du fonds de roulement, les autres dépenses non liées à l’exploitation et la dépréciation des stocks.

Conférence téléphonique

IHS organisera une conférence téléphonique le 15 mars 2022 à 8h30 HE pour passer en revue ses résultats financiers et opérationnels. Des documents supplémentaires seront disponibles sur le site Web de la Société, www.ihstowers.com. La conférence téléphonique est accessible en appelant le +1 646 664 1960 (États-Unis/Canada) ou le +44 20 3936 2999 (Royaume-Uni/International). Le numéro de code est 955442.

Une webdiffusion simultanée et une rediffusion seront disponibles dans la section Relations avec les investisseurs du site Web de la Société, www.ihstowers.com, sur la page «Earnings Materials».

À propos d’IHS

IHS est l’un des plus grands propriétaires, opérateurs et développeurs indépendants d’infrastructures de télécommunications partagées au monde en nombre de tours. La Société est l’un des principaux fournisseurs multinationaux d’infrastructures de télécommunications indépendants à grande échelle axé uniquement sur les marchés émergents mondiaux. La Société compte plus de 38 000 tours standard sur ses 11 marchés: Brésil, Cameroun, Colombie, Côte d’Ivoire, Égypte, Koweït, Nigéria, Pérou, Rwanda, Afrique du Sud et Zambie. Pour plus d’informations, contacter IHS par e-mail à l’adresse: communications@ihstowers.com ou visiter le site Web: www.ihstowers.com

Mise en garde concernant les énoncés prospectifs

Le présent communiqué de presse contient des énoncés prospectifs. Le lecteur est invité à tenir compte du fait que ces énoncés prospectifs sont couverts par les dispositions d’exonération pertinentes pour les énoncés prospectifs (ou leur équivalent) de toute juridiction compétente, y compris les dispositions contenues dans l’article 27A du Securities Act de 1933 sur les valeurs mobilières, telle que modifié (la «loi sur les valeurs mobilières»), et la section 21E du Securities Exchange Act de 1934, telle que modifié (la «loi sur les changes»). Toute déclaration autre que la mention de faits historiques contenue dans le présent communiqué de presse peut être un énoncé prospectif. Les énoncés prospectifs incluent souvent, mais sans s’y limiter, des termes tels que «peut», «sera», «devrait», «s’attend à», «prévoit», «anticipe», «pourrait», «a l’intention de», «vise», «projette», «envisage», «croit», «estime», «pronostique», «prédit» «potentiel» ou «continuer» ou la forme négative de ces termes ou d’autres expressions similaires. Les énoncés prospectifs contenus dans le présent communiqué de presse comprennent, mais sans s’y limiter, des déclarations concernant nos résultats d’exploitation et notre situation financière futurs, y compris nos résultats anticipés pour l’exercice 2022, les tendances du secteur et des affaires, la stratégie commerciale, les plans, la croissance du marché et nos objectifs pour les opérations futures.

Nous avons basé ces énoncés prospectifs en grande partie sur nos attentes et projections actuelles concernant les tendances financières et les événements futurs qui, selon nous, pourraient affecter nos activités, notre situation financière et nos résultats d’exploitation. Les énoncés prospectifs impliquent des risques connus et inconnus, des incertitudes et d’autres facteurs importants qui peuvent faire en sorte que nos résultats, performances ou réalisations réels soient sensiblement différents des résultats, performances ou réalisations futurs exprimés ou sous-entendus par les énoncés prospectifs, y compris, mais sans s’y limiter:

  • la non-exécution ou la résiliation, le non-renouvellement ou la modification substantielle de nos contrats clients;
  • la volatilité en termes de délais de règlement des factures, ou notre incapacité à recouvrer les montants dus au titre des factures;
  • le déclin de la solvabilité et de la solidité financière de nos clients;
  • les risques commerciaux, juridiques et politiques dans les pays où nous opérons;
  • les conditions macroéconomiques générales dans les pays où nous opérons;
  • les modifications apportées aux réglementations fiscales, aux taux d’imposition ou honoraires pour services fiscaux, existants ou nouveaux;
  • les risques de change et/ou la capacité d’accéder à des USD sur nos marchés;
  • les pandémies régionales ou mondiales, y compris le Covid-19, les conflits et guerres, la géopolitique, y compris la situation actuelle entre la Russie et l’Ukraine;
  • notre incapacité à mettre en œuvre avec succès notre stratégie commerciale et nos plans d’exploitation, y compris notre capacité à augmenter le nombre de colocations et de modifications de bail pour nos tours; notre incapacité à construire de nouveaux sites ou à développer des activités liées aux services de télécommunications adjacents (y compris, par exemple, en ce qui concerne nos entreprises de fibre en Amérique latine et ailleurs);
  • le recours à des sous-traitants, y compris les défaillances ou les sous-performances éventuelles de ces derniers;
  • les augmentations des dépenses d’exploitation, y compris l’augmentation des coûts du carburant;
  • l’impossibilité de renouveler ou de prolonger nos baux fonciers, ou de protéger nos droits d’accès et d’exploitation de nos tours ou d’autres actifs d’infrastructure de télécommunications;
  • la perte de clients;
  • les modifications des plans de déploiement du réseau des opérateurs mobiles dans les pays où nous opérons;
  • une réduction de la demande pour nos services;
  • l’introduction de nouvelles technologies réduisant le besoin d’infrastructures de tours et/ou de services de télécommunication adjacents;
  • une augmentation de la concurrence dans le secteur de l’infrastructure des tours de télécommunications et/ou des marchés de services de télécommunications adjacents;
  • notre incapacité à intégrer nos acquisitions récentes ou futures;
  • la dépendance à l’égard de notre équipe de direction et/ou d’employés clés;
  • l’impossibilité d’obtenir les autorisations et licences requises pour certains de nos sites ou activités, ou de se conformer aux réglementations applicables;
  • la responsabilité environnementale;
  • une couverture d’assurance inadéquate, une perte de propriété, une interruption d’activité imprévue;
  • la violation des lois, sanctions et réglementations anti-pots-de-vin, anti-corruption et/ou anti-blanchiment d’argent;
  • les fluctuations des prix mondiaux du carburant ou d’autres matériaux;
  • les perturbations de notre approvisionnement en carburant ou autres matériaux;
  • les procédures judiciaires et d’arbitrage;
  • la dépendance à l’égard du soutien des actionnaires (y compris s’agissant d’investir dans des opportunités de croissance) et les risques liés aux transactions avec des parties prenantes;
  • les risques liés aux marchés sur lesquels nous opérons ;
  • les risques de blessure, maladie ou décès d’employés, de sous-traitants ou de tiers résultant d’incidents de santé ou de sécurité;
  • perte ou endommagement d’actifs en raison de problèmes de sécurité ou de troubles civils;
  • perte ou dommages résultant d’attaques sur tout système ou logiciel de technologie de l’information;
  • perte ou endommagement d’actifs en raison d’événements météorologiques extrêmes, qu’ils soient ou non dus au changement climatique;
  • le non-respect des exigences en matière de rapports financiers précis et à publier dans les délais opportuns, et/ou le non-respect des normes de contrôle interne en matière de rapports financiers appuyant une certification «industrie propre» en vertu de la loi Sarbanes Oxley;
  • les risques liés à notre statut d’émetteur privé étranger; et
  • les facteurs importants mentionnés dans la section intitulée «Facteurs de risque» de notre rapport annuel sur formulaire 20-F pour l’exercice clos le 31 décembre 2021.

Les énoncés prospectifs contenus dans le présent communiqué de presse sont basés sur les informations dont nous disposons à la date de celui-ci. Bien que nous pensions que ces informations peuvent raisonnablement fonder de tels énoncés, ces informations peuvent être limitées ou incomplètes, et nos déclarations ne doivent pas être interprétées comme indiquant que nous avons mené une enquête exhaustive ou effectué un examen approfondi de toutes les informations pertinentes potentiellement disponibles. Ces déclarations sont intrinsèquement incertaines et les investisseurs sont invités à ne pas se fier indûment à ces déclarations. Le lecteur doit lire le présent communiqué de presse et les documents auxquels nous faisons référence dans le présent communiqué de presse en sachant que nos résultats, performances et réalisations futurs réels peuvent être sensiblement différents de ce que nous escomptons. Ces mises en garde s’appliquent à toutes nos énoncés prospectifs. Ces énoncés prospectifs ne sont valables qu’à la date du présent communiqué de presse. Sauf si la loi applicable l’exige, nous ne prévoyons pas de mettre à jour ni de réviser publiquement les énoncés prospectifs contenus dans le présent communiqué de presse, que ce soit à la suite de nouvelles informations, d’événements futurs ou autre motif.

IHS HOLDING LIMITED

ÉTAT CONSOLIDÉ DES (PERTES) / BÉNÉFICES ET AUTRES (PERTES) / BÉNÉFICES GLOBAUX

POUR LES 4e TRIMESTRES ET L’ENSEMBLE DES EXERCICES CLOS LES 31 DÉCEMBRE 2021 ET 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Trimestre

terminé le

 

 

Ensemble de l’exercice

terminé le

 

 

31 déc.

 

 

31 déc.

 

 

31 déc.

 

 

31 déc.

 

 

2021

 

 

2020

 

 

2021

 

 

2020

 

 

 

milliers $

 

 

milliers $

 

 

milliers $

 

 

milliers $

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Revenus

 

415.614

 

 

370.727

 

 

1.579.730

 

 

1.403.149

 

Coût des ventes

 

(234.364

)

 

(203.159

)

 

(907.388

)

 

(838.423

)

Frais administratifs

 

(110.435

)

 

(55.333

)

 

(336.511

)

 

(236.112

)

(Provision pour perte)/reprise de provision pour perte sur créances clients

 

(3.583

)

 

(10.369

)

 

34.031

 

 

(13.081

)

Autres revenus

 

11.397

 

 

13.042

 

 

18.509

 

 

16.412

 

Bénéfice d’exploitation

 

78.629

 

 

114.908

 

 

388.371

 

 

331.945

 

Produits financiers

 

3.492

 

 

135.803

 

 

25.522

 

 

148.968

 

Charges financières

 

(203.965

)

 

(159.902

)

 

(422.034

)

 

(633.766

)

(Perte)/bénéfice avant impôts

 

(121.844

)

 

90.809

 

 

(8.141

)

 

(152.853

)

Crédit /(charge) d’impôts

 

49.564

 

 

(40.579

)

 

(17.980

)

 

(169.829

)

(Perte)/bénéfice pour la période

 

(72.280

)

 

50.230

 

 

(26.121

)

 

(322.682

)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(Perte)/bénéfice attribuable à:

 

 

 

 

 

 

 

 

Propriétaires de la Société

 

(73.133

)

 

50.476

 

 

(25.832

)

 

(321.994

)

Intérêts minoritaires

 

853

 

 

(246

)

 

(289

)

 

(688

)

(Perte)/bénéfice pour la période

 

(72.280

)

 

50.230

 

 

(26.121

)

 

(322.682

)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(Perte)/revenu ajusté par action $

 

(0,23

)

 

0,17

 

 

(0,09

)

 

(1,09

)

(Perte)/revenu dilué par action $

 

(0,23

)

 

0,16

 

 

(0,09

)

 

(1,09

)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autres éléments du résultat global:

 

 

 

 

 

 

 

 

Éléments pouvant être reclassés en résultat

 

 

 

 

 

 

 

 

Perte de juste valeur comptabilisée dans les autres éléments du résultat global

 

3

 

 

2

 

 

3

 

 

 

Différences de change sur la conversion des opérations à l’étranger

 

75.828

 

 

66.589

 

 

36.698

 

 

94.411

 

Autres éléments du résultat global de la période, nets d’impôts

 

75.831

 

 

66.591

 

 

36.701

 

 

94.411

 

Total du résultat global pour la période

 

3.551

 

 

116.821

 

 

10.580

 

 

(228.271

)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Total du résultat global attribuable à:

 

 

 

 

 

 

 

 

Propriétaires de la Société

 

6.238

 

 

117.011

 

 

14.250

 

 

(227.560

)

Intérêts minoritaires

 

(2.687

)

 

(190

)

 

(3.670

)

 

(711

)

Total du résultat global pour la période

 

3.551

 

 

116.821

 

 

10.580

 

 

(228.271

)

IHS HOLDING LIMITED

ÉTAT CONSOLIDÉ CONDENSÉ DE LA SITUATION FINANCIÈRE

AU 31 DÉCEMBRE 2021 ET AU 31 DÉCEMBRE 2020

 

 

 

 

 

 

 

31 déc.

 

 

31 déc.

 

 

2021

 

 

2020

 

 

 

Milliers $

 

 

Milliers $

ACTIF

 

 

 

 

Actifs immobilisés

 

 

 

 

Immobilisations corporelles

 

1.708.834

 

 

1.438.040

 

Droits d’utilisation des actifs

 

520.651

 

 

468.130

 

Goodwill

 

869.319

 

 

656.256

 

Autres immobilisations incorporelles

 

701.425

 

 

690.841

 

Juste valeur comptabilisée dans les autres actifs financiers du résultat global

 

11

 

 

8

 

Actifs d’impôts différés

 

11.064

 

 

13.443

 

Actifs d’instruments dérivés financiers

 

165.100

 

 

155.196

 

Clients et autres débiteurs

 

69.479

 

 

36.409

 

 

 

4.045.883

 

 

3.458.323

 

Actifs circulants

 

 

 

 

Stocks

 

42.022

 

 

49.222

 

Impôts sur le revenu à recouvrer

 

128

 

 

 

Actifs d’instruments dérivés financiers

 

 

 

27.495

 

Clients et autres débiteurs

 

469.130

 

 

327.187

 

Trésorerie et équivalents de trésorerie

 

916.488

 

 

585.416

 

 

 

1.427.768

 

 

989.320

 

Total des actifs

 

5.473.651

 

 

4.447.643

 

 

 

 

 

 

PASSIF

 

 

 

 

Passifs courants

 

 

 

 

Fournisseurs et autres créanciers

 

499.432

 

 

409.493

 

Provisions pour autres risques et charges

 

343

 

 

3.797

 

Passifs d’instruments dérivés financiers

 

3.771

 

 

7.285

 

Impôts sur le revenu à payer

 

68.834

 

 

48.703

 

Emprunts

 

207.619

 

 

186.119

 

Dettes de location

 

50.560

 

 

28.246

 

 

 

830.559

 

 

683.643

 

Passifs non courants

 

 

 

 

Fournisseurs et autres créanciers

 

312

 

 

9.565

 

Emprunts

 

2.401.471

 

 

2.017.090

 

Dettes de location

 

325.541

 

 

286.501

 

Provisions pour autres risques et charges

 

71.598

 

 

49.469

 

Impôts différés passifs

 

118.210

 

 

177.184

 

 

 

2.917.132

 

 

2.539.809

 

Total des passifs

 

3.747.691

 

 

3.223.452

 

 

 

 

 

 

CAPITAUX PROPRES

 

 

 

 

Capital déclaré

 

5.223.484

 

 

4.530.870

 

Pertes cumulées

 

(2.860.205

)

 

(2.835.390

)

Autres provisions

 

(780.272

)

 

(485.505

)

Capitaux propres attribuables aux propriétaires de la Société

 

1.583.007

 

 

1.209.975

 

Participations minoritaires

 

142.953

 

 

14.216

 

Total des capitaux propres

 

1.725.960

 

 

1.224.191

 

Total du passif et des capitaux propres

 

5.473.651

 

 

4.447.643

 

IHS HOLDING LIMITED

ÉTAT CONSOLIDÉ CONDENSÉ DES VARIATIONS DES CAPITAUX PROPRES

POUR LES DOUZE MOIS CLOS LES 31 DÉCEMBRE 2021 ET 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Attribuable aux propriétaires de la Société

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Participations

 

 

 

 

Capital

 

Pertes

 

 

Autres

 

 

 

 

 

minoritaires

 

 

Total

 

 

déclaré

 

cumulées

 

 

provisions

 

 

Total

 

 

 

 

 

capitaux propres

 

 

milliers $

 

milliers $

 

 

milliers $

 

 

milliers $

 

 

milliers $

 

 

milliers $

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Solde au 1er janvier 2020

 

4.530.870

 

(2.513.396

)

 

(587.155

)

 

1.430.319

 

 

 

 

1.430.319

 

Participations minoritaires résultant d’un regroupement d’entreprises

 

 

 

 

 

 

 

 

14.927

 

 

14.927

 

Charges liées aux rémunérations en actions

 

 

 

 

7.216

 

 

7.216

 

 

 

 

7.216

 

Total des transactions avec les propriétaires de la Société

 

 

 

 

7.216

 

 

7.216

 

 

14.927

 

 

22.143

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Perte pour la période

 

 

(321.994

)

 

 

 

(321.994

)

 

(688

)

 

(322.682

)

Autres éléments du résultat global

 

 

 

 

94.434

 

 

94.434

 

 

(23

)

 

94.411

 

Total global (perte)/bénéfice

 

 

(321.994

)

 

94.434

 

 

(227.560

)

 

(711

)

 

(228.271

)

Solde au 31 décembre 2020

 

4.530.870

 

(2.835.390

)

 

(485.505

)

 

1.209.975

 

 

14.216

 

 

1.224.191

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Solde au 1er janvier 2021

 

4.530.870

 

(2.835.390

)

 

(485.505

)

 

1.209.975

 

 

14.216

 

 

1.224.191

 

Participations minoritaires résultant d’un regroupement d’entreprises

 

 

 

 

 

 

 

 

132.407

 

 

132.407

 

Émission d’actions nette de frais de transaction

 

349.846

 

 

 

 

 

349.846

 

 

 

 

349.846

 

Options converties en actions

 

342.768

 

 

 

(342.768

)

 

 

 

 

 

 

Charges liées aux rémunérations en actions

 

 

 

 

13.003

 

 

13.003

 

 

 

 

13.003

 

Autres reclassements liés aux rémunérations en actions

 

 

1.017

 

 

(5.084

)

 

(4.067

)

 

 

 

(4.067

)

Total des transactions avec les propriétaires de la Société

 

692.614

 

1.017

 

 

(334.849

)

 

358.782

 

 

132.407

 

 

491.189

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Perte pour la période

 

 

(25.832

)

 

 

 

(25.832

)

 

(289

)

 

(26.121

)

Autres éléments du résultat global

 

 

 

 

40.082

 

 

40.082

 

 

(3.381

)

 

36.701

 

Total global (perte)/bénéfice

 

 

(25.832

)

 

40.082

 

 

14.250

 

 

(3.670

)

 

10.580

 

Solde au 31 décembre 2021

 

5.223.484

 

(2.860.205

)

 

(780.272

)

 

1.583.007

 

 

142.953

 

 

1.725.960

 

IHS HOLDING LIMITED

TABLEAU CONSOLIDÉ CONDENSÉ DES FLUX DE TRÉSORERIE

POUR LES TROIS MOIS ET LES DOUZE MOIS CLOS LES 31 DÉCEMBRE 2021 ET 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Trois mois terminés le

 

 

Douze mois terminés le

 

 

31 déc.

 

 

31 déc.

 

 

31 déc.

 

 

31 déc.

 

 

2021

 

 

2020

 

 

2021

 

 

2020

 

 

 

Milliers $

 

 

Milliers $

 

 

Milliers $

 

 

Milliers $

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Flux de trésorerie d’exploitation

 

 

 

 

 

 

 

 

Trésorerie d’exploitation

 

190.184

 

 

139.613

 

 

788.073

 

 

656.699

 

Impôts sur le revenu payés

 

(4.981

)

 

(1.714

)

 

(29.147

)

 

(14.540

)

Paiement loyers

 

(3.141

)

 

(4.249

)

 

(8.506

)

 

(6.838

)

Paiement démantèlement de tours et équipements de tours

 

(176

)

 

(39

)

 

(231

)

 

(65

)

Trésorerie nette générée par les activités d’exploitation

 

181.886

 

 

133.611

 

 

750.189

 

 

635.256

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Flux de trésorerie d’investissement

 

 

 

 

 

 

 

 

Achat d’immobilisations corporelles – immobilisations en cours

 

(90.731

)

 

(19.573

)

 

(224.479

)

 

(87.014

)

Achat d’immobilisations corporelles – autres

 

(3.063

)

 

(2.322

)

 

(13.666

)

 

(7.786

)

Paiement d’avance pour immobilisations corporelles

 

(52.733

)

 

(42.583

)

 

(159.276

)

 

(131.935

)

Achat de logiciels et de licences

 

(4.077

)

 

(786

)

 

(5.054

)

 

(2.464

)

Contrepartie versée lors de regroupements d’entreprises, nette de la trésorerie acquise

 

(222.166

)

 

(7.539

)

 

(401.039

)

 

(542.905

)

Produit de cession d’immobilisations corporelles

 

973

 

 

301

 

 

4.742

 

 

2.227

 

Indemnités d’assurance reçues

 

2.694

 

 

3.667

 

 

16.672

 

 

6.264

 

Intérêts perçus

 

3.475

 

 

958

 

 

7.798

 

 

5.101

 

Dépôts à court terme

 

(103.647

)

 

 

 

(103.647

)

 

 

Trésorerie nette absorbée par les activités d’investissement

 

(469.275

)

 

(67.877

)

 

(877.949

)

 

(758.512

)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Flux de trésorerie des activités de financement

 

 

 

 

 

 

 

 

Capitaux levés

 

378.000

 

 

 

 

378.000

 

 

 

Coût des capitaux levés

 

(28.154

)

 

 

 

(28.154

)

 

 

Emprunts bancaires et produits obligataires reçus

 

988.575

 

 

4.432

 

 

1.076.063

 

 

232.219

 

Emprunts bancaires et obligations remboursés

 

(546.766

)

 

(10.501

)

 

(653.504

)

 

(99.903

)

Commissions sur obligations, prêts et instruments dérivés

 

(3.638

)

 

(1.278

)

 

(20.426

)

 

(9.403

)

Intérêts payés

 

(24.887

)

 

(12.622

)

 

(168.285

)

 

(167.938

)

Frais payés pour règlement anticipé de prêts

 

(18.171

)

 

 

 

(18.171

)

 

 

Paiement du principal des obligations de location-financement

 

(21.479

)

 

(10.729

)

 

(63.324

)

 

(39.153

)

Paiement des intérêts des obligations de location-financement

 

(10.008

)

 

(5.658

)

 

(32.923

)

 

(19.239

)

Marge initiale reçue sur contrats à terme sans livraison

 

411

 

 

83

 

 

36.714

 

 

5.066

 

Marge initiale déposée sur contrats à terme sans livraison

 

 

 

 

 

(19.436

)

 

(33.846

)

(Pertes réglées)/bénéfices reçus sur contrats à terme sans livraison

 

(333

)

 

94

 

 

37.711

 

 

4.061

 

Trésorerie nette générée /(absorbée) par les activités de financement

 

713.550

 

 

(36.179

)

 

524.265

 

 

(128.136

)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Augmentation/(diminution) nette de la trésorerie et des équivalents de trésorerie

 

426.161

 

 

29.555

 

 

396.505

 

 

(251.392

)

Trésorerie et équivalents de trésorerie en début de période

 

501.491

 

 

580.131

 

 

585.416

 

 

898.802

 

Effet des fluctuations des taux de change sur la trésorerie

 

(11.164

)

 

(24.270

)

 

(65.433

)

 

(61.994

)

Trésorerie et équivalents de trésorerie en fin de période

 

916.488

 

 

585.416

 

 

916.488

 

 

585.416

 

Utilisation de mesures financières non conformes aux normes IFRS

Certaines parties du présent communiqué de presse contiennent des mesures financières non conformes aux normes IFRS, notamment le BAIIA ajusté, la marge de BAIIA ajustée, le flux de trésorerie disponible à effet de levier récurrent («RLFCF») et le RLFCF consolidé. Les informations financières non conformes aux normes IFRS sont présentées à des fins d’information complémentaire uniquement et ne doivent pas être considérées comme un substitut aux informations financières présentées conformément aux normes IFRS, et elles peuvent être différentes des mesures non conformes aux normes IFRS portant le même nom et utilisées par d’autres sociétés.

Nous définissons le BAIIA ajusté comme le bénéfice/(perte) de la période, avant charge/(crédit) d’impôt, charges et produits financiers, dépréciation et amortissement, dépréciation des créances de retenue à la source, coûts liés aux transactions de regroupement d’entreprises, dépréciation des immobilisations corporelles et loyers fonciers payés d’avance liés au démantèlement de sites, (bénéfice)/perte nets sur la vente d’actifs, (crédit)/dépense liés aux rémunérations en actions, indemnités d’assurance, coûts de cotation en Bourse et certains autres éléments que la direction estime ne pas être significatifs quant aux performances clés de notre entreprise. La mesure IFRS la plus directement comparable à l’EBITDA ajusté est notre bénéfice/(perte) pour la période.

Nous définissons la marge de BAIIA ajustée comme le BAIIA ajusté divisé par le chiffre des revenus pour la période considérée, exprimé en pourcentage.

Nous estimons que le BAIIA ajusté est un bon indicateur de la performance opérationnelle de notre cœur de métier. Nous pensons que le BAIIA ajusté et la marge de BAIIA ajustée, tels que définis ci-dessus, sont utiles aux investisseurs. Ils sont utilisés par notre direction pour mesurer la rentabilité et allouer les ressources, car ils excluent l’impact de certains éléments qui ont moins d’incidence sur notre performance opérationnelle de base. Nous pensons que l’utilisation du BAIIA ajusté et de la marge de BAIIA ajustée permet une comparaison plus significative des données d’exploitation fondamentales entre les sociétés de notre secteur, parce que cela élimine l’impact de la structure du capital et les différences de régime fiscal entre sociétés.

Le BAIIA ajusté est une mesure qui est fréquemment utilisée par les analystes financiers, les investisseurs et d’autres parties intéressées pour évaluer les entreprises comparables à la nôtre, dont beaucoup incluent dans leurs résultats une mesure de performance liée au BAIIA ajusté.

Le BAIIA ajusté et la marge de BAIIA ajustée sont utilisés par différentes sociétés à des fins différentes et sont souvent calculés de manière à refléter la situation de ces sociétés. Par conséquent, les lecteurs sont invités à faire preuve de prudence lorsqu’ils comparent le BAIIA ajusté et la marge de BAIIA ajustée tels que nous les indiquons au BAIIA ajusté et à la marge de BAIIA ajustée indiqués par d’autres sociétés. Le BAIIA ajusté et la marge de BAIIA ajustée ne sont pas audités et n’ont pas été préparés conformément aux normes IFRS.

Le BAIIA ajusté et la marge de BAIIA ajustée ne sont pas des mesures de performance conformes aux normes IFRS et les lecteurs sont invités à ne pas considérer le BAIIA ajusté ou la marge de BAIIA ajustée comme une alternative au bénéfice/(perte) pour la période considérée ou à d’autres mesures financières déterminées conformément aux normes IFRS.

Comme outils d’analyse, le BAIIA ajusté et la marge de BAIIA ajustée comportent des limites et les lecteurs ne doivent pas les considérer hors contexte. Ces limitations sont, entre autres, les suivantes:

  • ils ne reflètent pas les charges d’intérêts ni les besoins de trésorerie nécessaires au paiement des intérêts ou aux remboursements de principal de notre dette;
  • bien que les dépréciations et les amortissements soient des charges hors trésorerie, les actifs amortis devront souvent être remplacés à l’avenir; or le BAIIA ajusté et la marge de BAIIA ajustée ne reflètent pas les besoins de trésorerie nécessaires pour de tels remplacements;
  • certains des éléments que nous ne prenons pas en compte dans le calcul du BAIIA ajusté et de la marge de BAIIA ajustée reflètent des paiements en espèces qui ont moins d’incidence sur nos performances opérationnelles clés, mais qui ont un impact sur nos résultats d’exploitation pour la période considérée; et
  • d’autres sociétés de notre secteur peuvent calculer le BAIIA ajusté et la marge de BAIIA ajustée d’une manière différente de la nôtre; par conséquent, cela limite leur utilité en tant que mesures comparatives.

En conséquence, les investisseurs potentiels ne doivent pas se fier indûment au BAIIA ajusté ou à la marge de BAIIA ajustée.

Nous estimons qu’il est important de mesurer les flux de trésorerie disponibles générés par les activités d’exploitation, après prise en compte du coût au comptant du financement et des dépenses en immobilisations récurrentes nécessaires pour générer ces flux de trésorerie. À cet égard, nous surveillons le RLFCF que nous définissons comme la trésorerie d’exploitation, avant certains éléments de revenus ou de dépenses que la direction estime ne pas être significatifs de la performance clé de notre entreprise (dans la mesure où ces éléments de revenus et de dépenses sont inclus dans les flux de trésorerie des activités d’exploitation), et après prise en compte des provisions pour pertes sur les créances clients, de la dépréciation des stocks, des mouvements nets du fonds de roulement, des intérêts nets payés ou reçus, de la retenue à la source sur les revenus, des impôts sur le revenu payés, des paiements de location effectués, des dépenses en investissements de maintenance et des dépenses courantes d’immobilisations.

Nous pensons que le RLFCF est utile pour les investisseurs car il est également utilisé par notre direction pour mesurer notre performance opérationnelle, notre rentabilité et pour allouer les ressources. Le BAIIA ajusté donne un fondement à nos dirigeants pour évaluer notre performance opérationnelle actuelle. Toutefois, pour évaluer la performance opérationnelle durable à long terme de notre entreprise sur la base d’une compréhension des fonds générés par l’exploitation, nous tenons compte également de la structure de notre capital et du contexte fiscal (y compris les implications des retenues à la source), ainsi que de l’impact des dépenses non discrétionnaires en investissements de maintenance et des dépenses courantes d’immobilisations, afin de déterminer le RLFCF. Le RLFCF fournit à la direction une mesure permettant d’évaluer la génération de trésorerie sous-jacente de l’entreprise en ajustant plus précisément les dépenses non discrétionnaires (telles que les intérêts payés et les impôts sur le revenu payés), ainsi que certains éléments hors trésorerie qui ont une incidence sur le bénéfice/(la perte) au cours d’une période donnée.

Le RLFCF est fréquemment utilisé par les analystes financiers, les investisseurs et d’autres parties intéressées pour évaluer les entreprises comparables à la nôtre, dont beaucoup incluent dans leurs résultats une mesure de performance liée au RLFCF. Ces mesures sont utilisées dans le secteur des infrastructures de télécommunications, car elles sont considérées comme importantes pour évaluer la performance opérationnelle durable à long terme d’une entreprise. Nous présentons le RLFCF pour fournir aux investisseurs une mesure significative permettant de comparer nos performances en termes de génération de trésorerie à celles d’autres sociétés, en particulier celles de notre secteur.

Toutefois, le RLFCF est utilisé par différentes entreprises à des fins différentes et il est souvent calculé de manière à refléter la situation de ces entreprises. Par conséquent, les lecteurs sont invités à faire preuve de prudence lorsqu’ils comparent le RLFCF tel que nous l’indiquons au RLFCF ou à des mesures similaires indiquées par d’autres sociétés. Le RLFCF n’est pas audité et n’a pas été préparé conformément aux normes IFRS.

Le RLFCF n’est pas destiné à remplacer l’indication du bénéfice/(la perte) pour la période considérée ou toute autre mesure de performance conforme aux normes IFRS, et les investisseurs potentiels ne doivent pas considérer le RLFCF comme une alternative aux flux de trésorerie d’exploitation pour la période considérée ou à d’autres mesures financières déterminées conformément aux normes IFRS. Comme outil d’analyse, le RLFCF comporte des limitations et les lecteurs ne doivent pas le considérer hors contexte. Ces limitations sont, entre autres, les suivantes:

  • toutes les variations de trésorerie ne sont pas reflétées; par exemple, les variations du fonds de roulement ne sont pas incluses, ni les dépenses en immobilisations discrétionnaires;
  • certains des éléments que nous ne prenons pas en compte dans le calcul du RLFCF reflètent des paiements en espèces qui ont moins d’incidence sur nos performances opérationnelles clés, mais qui ont un impact sur nos résultats d’exploitation pour la période considérée;
  • certaines charges de trésorerie, telles que les paiements de location effectués, peuvent inclure des paiements pour plusieurs années futures qui ne reflètent pas les résultats d’exploitation de la période considérée, ce qui peut aboutir à une diminution des paiements de location pour les périodes ultérieures;
  • d’autres sociétés de notre secteur peuvent avoir des structures de capital et des régimes fiscaux applicables différents, ce qui limite l’utilité du RLFCF comme mesure comparative; et
  • d’autres entreprises de notre secteur peuvent calculer le RLFCF d’une manière différente de la nôtre; par conséquent, cela limite son utilité en tant que mesure comparative.

Par conséquent, les investisseurs potentiels ne doivent pas se fier indûment au RLFCF.

Rapprochement de la (perte)/du bénéfice de la période et du BAIIA ajusté

Le tableau ci-dessous présente le rapprochement du BAIIA ajusté et de la mesure IFRS la plus directement comparable, à savoir la (perte)/le bénéfice pour les trois mois et les douze mois clos les 31 décembre 2021 et 2020:

 

 

Trois mois terminés le

 

 

Douze mois terminés le

 

 

31 déc.

 

 

31 déc.

 

 

31 déc.

 

 

31 déc.

 

 

2021

 

 

2020

 

 

2021

 

 

2020

 

 

 

Milliers $

 

 

Milliers $

 

 

Milliers $

 

 

Milliers $

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(Perte)/bénéfice

 

(72.280

)

 

50.230

 

 

(26.121

)

 

(322.682

)

Ajustements:

 

 

 

 

 

 

 

 

Impôts (crédit)/payés

 

(49.564

)

 

40.579

 

 

17.980

 

 

169.829

 

Charges financières (a)

 

203.965

 

 

159.902

 

 

422.034

 

 

633.766

 

Produits financiers (a)

 

(3.492

)

 

(135.803

)

 

(25.522

)

 

(148.968

)

Dépréciation et amortissement

 

99.702

 

 

90.791

 

 

382.882

 

 

408.662

 

Dépréciation impôts anticipés à recouvrer (b)

 

17.412

 

 

6.128

 

 

61.810

 

 

31.533

 

Coûts de transaction regroupement d’entreprises

 

6.692

 

 

2.289

 

 

15.779

 

 

13.727

 

Dépréciation immobilisations corporelles et loyers fonciers payés d’avance associés (c)

 

6.744

 

 

10.925

 

 

51.113

 

 

27.594

 

Reprise de provision pour frais de démantèlement

 

 

 

 

 

(2.671

)

 

 

Résultat net sur cession d’actifs

 

(867

)

 

(518

)

 

(2.499

)

 

(764

)

Charges liées aux rémunérations en actions (d)

 

2.812

 

 

2.018

 

 

11.780

 

 

8.342

 

Indemnités d’assurance (e)

 

(1.424

)

 

(12.390

)

 

(6.861

)

 

(14.987

)

Frais cotation en Bourse

 

15.494

 

 

518

 

 

22.153

 

 

12.652

 

Autres coûts (f)

 

1.399

 

 

5

 

 

15.752

 

 

310

 

Autres revenus (g)

 

(9.944

)

 

 

 

(11.213

)

 

 

BAIIA ajusté

 

216.649

 

 

214.674

 

 

926.396

 

 

819.014

 

(a)

Les charges financières comprennent les charges d’intérêts sur les emprunts et les frais liés à la facilité de prêt, la dissolution de l’escompte sur notre passif de démantèlement et notre passif de location, les pertes de change nettes réalisées et non réalisées découlant des accords de financement et les pertes nettes réalisées et non réalisées sur la valorisation des instruments financiers. Les revenus financiers comprennent les intérêts sur les dépôts bancaires, les gains de change nets réalisés et non réalisés découlant des accords de financement et les gains nets réalisés et non réalisés sur les valorisations d’instruments financiers.

 
(b)

Les retenues d’impôts à la source représentent principalement les montants retenus par les clients au Nigéria et versés à l’administration fiscale locale. Les montants retenus peuvent être recouvrés par compensation avec les futurs passifs d’impôts sur les sociétés de la société exploitante concernée. Les retenues d’impôts à la source à recevoir sont examinées à la fin de chaque période de déclaration pour déterminer leur recouvrabilité, et elles sont dépréciées si elles ne sont pas recouvrables.

 
(c)

Représente les charges hors trésorerie liées à la dépréciation des immobilisations corporelles et des loyers fonciers payés d’avance liés au démantèlement des sites.

 
(d)

Représente les crédits et les charges liés à la rémunération en actions, qui varient d’une période à l’autre en fonction du calendrier des attributions et de la modification des hypothèses relatives aux éléments de valorisation.

 
(e)

Représente les indemnités d’assurance incluses dans les revenus hors exploitation.

 
(f)

Les autres coûts pour le trimestre clos le 31 décembre 2021 comprennent les frais professionnels non récurrents liés au financement de 1,6 million USD et le recouvrements des coûts de transactions échouées s’élevant à 0,2 million USD. Les autres coûts pour les trois mois clos le 31 décembre 2020 étaient liés aux coûts de transactions échouées. Les autres coûts pour les douze mois clos le 31 décembre 2021 comprennent les frais professionnels non récurrents liés au financement de 15,1 millions USD et les coûts des transactions échouées s’élevant à 0,7 million USD. Les autres coûts pour les douze mois clos le 31 décembre 2020 étaient liés aux coûts des transactions échouées.

 
(g)

Les autres revenus pour les douze mois clos le 31 décembre 2021 concernent la réévaluation du passif liée à la contrepartie conditionnelle pour l’acquisition de Skysites et du Koweït, une partie de celle-ci n’ayant pas été payée aux vendeurs parce que les conditions post-acquisition n’étaient pas remplies.

Rapprochement de la trésorerie d’exploitation et du RLFCF

Le tableau ci-dessous présente le rapprochement du RLFCF avec la mesure IFRS la plus directement comparable, à savoir la trésorerie d’exploitation, pour les trois mois et les douze mois clos les 31 décembre 2021 et 2020:

 

 

Trois mois terminés le

 

 

Douze mois terminés le

 

 

31 déc.

 

 

31 déc.

 

 

31 déc.

 

 

31 déc.

 

 

2021

 

 

2020

 

 

2021

 

 

2020

 

 

 

Milliers $

 

 

Milliers $

 

 

Milliers $

 

 

Milliers $

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Trésorerie d’exploitation

 

190.184

 

 

139.613

 

 

788.073

 

 

656.699

 

Variation nette du fonds de roulement

 

18.190

 

 

88.752

 

 

69.827

 

 

157.765

 

(Provision pour perte)/reprise de provision pour perte sur créances clients

 

(3.583

)

 

(10.369

)

 

34.031

 

 

(13.081

)

Dépréciation/(reprise de dépréciation) des stocks

 

138

 

 

(4.599

)

 

315

 

 

(4.599

)

Impôts sur le revenu payés

 

(4.981

)

 

(1.714

)

 

(29.147

)

 

(14.540

)

Retenues d’impôts à la source(a)

 

(25.618

)

 

(20.266

)

 

(108.417

)

 

(89.573

)

Paiements de baux et de loyers effectués

 

(34.628

)

 

(20.636

)

 

(104.753

)

 

(65.230

)

Intérêts nets payés (b)

 

(21.412

)

 

(11.664

)

 

(160.487

)

 

(162.837

)

Coûts de regroupement d’entreprises

 

6.692

 

 

2.289

 

 

15.779

 

 

13.727

 

Frais de cotation en Bourse

 

15.494

 

 

518

 

 

22.153

 

 

12.652

 

Autres charges hors exploitation (c)

 

1.399

 

 

5

 

 

15.752

 

 

310

 

Autres revenus (d)

 

(9.944

)

 

 

 

(11.213

)

 

 

Investissements de maintenance (e)

 

(42.952

)

 

(13.420

)

 

(123.699

)

 

(113.987

)

Dépenses d’immobilisations (f)

 

(1.077

)

 

(786

)

 

(2.054

)

 

(2.464

)

RLFCF

 

87.902

 

 

147.723

 

 

406.160

 

 

374.842

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Participations minoritaires

 

1.032

 

 

139

 

 

(4.316

)

 

(629

)

RLFCF consolidé

 

88.934

 

 

147.862

 

 

401.844

 

 

374.213

 

(a)

Les retenues d’impôts à la source représentent principalement les montants retenus par les clients au Nigéria et versés à l’administration fiscale locale. Les montants retenus peuvent être recouvrés par compensation avec les futurs passifs d’impôts sur les sociétés de la société exploitante concernée.

 
(b)

Représente la valeur globale des intérêts payés et des intérêts reçus.

 
(c)

Les autres coûts pour le trimestre clos le 31 décembre 2021 comprennent les frais professionnels non récurrents liés au financement de 1,6 million USD et le recouvrement des coûts de transactions échouées s’élevant à 0,2 million USD. Les autres coûts pour les trois mois clos le 31 décembre 2020 étaient liés aux coûts de transactions échouées. Les autres coûts pour les douze mois clos le 31 décembre 2021 comprennent les frais professionnels non récurrents liés au financement de 15,1 millions USD et les coûts de transactions échouées s’élevant à 0,7 million USD. Les autres coûts pour les douze mois clos le 31 décembre 2020 étaient liés aux coûts de transactions échouées.

 
(d)

Les autres revenus pour les douze mois clos le 31 décembre 2021 concernent la réévaluation du passif liée à la contrepartie conditionnelle pour l’acquisition de Skysites et du Koweït, une partie de celle-ci n’ayant pas été payée aux vendeurs parce que les conditions post-acquisition n’étaient pas remplies.

 
(e)

Nous engageons des dépenses non discrétionnaire en immobilisations liées à la maintenance de nos tours. Il s’agit de dépenses nécessaires pour pouvoir exploiter notre portefeuille de manière optimale et pour respecter les accords de niveau de service conclu avec nos clients. Les dépenses en immobilisations liées à la maintenance comprennent les réparations périodiques, la rénovation et le remplacement des tours et de l’équipement électrique sur les sites existants afin de maintenir ces actifs en service.

 
(f)

Les dépenses en immobilisations, qui sont de nature non discrétionnaire, comprennent principalement des dépenses courantes en infrastructure de technologies de l’information.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.